Les Veilleurs Perses

Filed in Perspectives by on 6th Aug 2021 0 Comments

English version

En cette troisième décennie du 21e siècle, les affaires étrangères ne sont pas au beau fixe. Prenons les États-Unis, où le président Joe Biden, du parti démocrate, tente de redresser les torts causés par la corruption, les disparités économiques, le racisme et l’immigration clandestine. L’ancien président, Donald Trump, qui n’a pas apprécié sa défaite face à Monsieur Biden en novembre 2020, continue de dire que l’élection a été truquée, tandis que les républicains dans 17 États adoptent des lois visant à limiter le droit de vote de ceux qui ont tendance à favoriser les démocrates. La Chine a pratiquement écrasé la dissidence et les droits de l’homme à Hong Kong. Les militaires birmans ont tout simplement ignoré les résultats d’une élection pour s’emparer du pouvoir. Qu’il s’agisse de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et des efforts en cours pour s’adapter au Brexit, de la dissidence au Brésil, des émeutes généralisées en Afrique du Sud, des manifestations à Cuba ou de l’anarchie en Haïti, tous ces événements montrent que, dans d’innombrables pays, les gens risquent leur vie pour demander des élections libres, une vraie responsabilité démocratique, la primauté du droit et le respect des droits de l’homme. Pour ne rien arranger, les ravages de la pandémie de coronavirus et du changement climatique se poursuivent dans le monde entier. Autant de crises à une si grande échelle constituent un défi majeur pour les diplomates qui tentent de maintenir les relations internationales en équilibre. Il peut être intéressant d’examiner comment les empereurs et les rois de l’Antiquité traitaient les affaires d’État. Puisque les astrologues de la cour les conseillaient sur des questions telles que le commerce, la vie ou la mort, ou la guerre et la paix, la question se pose de savoir ce qu’ils avaient de plus que les dirigeants actuels.

Une sagesse ancienne

Dans l’Antiquité, en Mésopotamie, aujourd’hui Irak, la vie était principalement centrée sur les fleuves Tigre et Euphrate, qui formaient un delta riche et fertile s’étendant jusqu’au golfe Persique. Dans l’Égypte ancienne, la vie était centrée sur le Nil. Pendant des siècles, ces nations ont entretenu des relations commerciales et étrangères et échangé des idées dans des régions telles que la Haute et la Basse Égypte, l’Assyrie, l’Arcadie, la Perse, la Chaldée et la Mésopotamie, qui comprend aujourd’hui la Syrie, l’Irak, l’Iran, le Liban, Israël et l’Égypte. La vie était basée sur les observations célestes qui déterminaient quand il fallait semer et récolter afin d’entretenir les greniers pour nourrir le peuple en période de sécheresse. Si le conseil d’un astrologue s’avérait erroné, il était exécuté. Les astrologues avaient donc tout intérêt à connaître leur métier. Ils devaient donc se tenir au courant en observant régulièrement les planètes, en tenant des registres quotidiens précis et en les soumettant au roi ou à l’empereur. Les astrologues de la cour devaient également connaître la stratégie, savoir de qui se méfier et quand un dirigeant était en danger. Ils donnaient également des conseils sur les problèmes économiques et les questions relationnelles et familiales, un peu comme le font les fonctionnaires pour leurs électeurs, et les astrologues pour leurs clients de nos jours. L’astronomie et l’astrologie étaient des disciplines si importantes que pendant 700 ans, du 8e au 1er siècle avant J.-C., les astrologues ont consigné le mouvement des étoiles sur des tablettes d’argile. Prévoir, c’est prévenir. En cartographiant les mouvements planétaires réguliers, ils tentaient de prédire les périodes les plus probables où un adversaire lointain préparait une attaque, ou des événements tels que les épidémies, les cycles de fêtes ou de famines, et les éclipses lunaires et solaires. Les cultures anciennes pensaient que les éclipses étaient synonymes de danger, de chute ou même de mort pour le roi. La lumière du soleil est source de vie, et lorsque la lune masque la lumière, la force vitale du roi est affaiblie. En Perse, cette connaissance était utilisée pour cacher le roi pendant les semaines précédant une éclipse, tandis que quelqu’un d’autre était choisi pour gouverner. Lorsque l’éclipse se produisait, les grands prêtres tuaient le roi de substitution afin que l’éclipse ne puisse pas affecter le vrai roi.

Ordre social

Isis – Goddess of ancient Egypt

Des millénaires avant la rédaction des écritures juives, chrétiennes ou islamiques, Isis n’était pas un groupe terroriste mais l’une des plus importantes déesses de l’Égypte ancienne. Isis est mentionnée dans les textes des pyramides (2350 – 2100 avant J.-C.) qui racontent le meurtre de son mari, le dieu Osiris, par son frère Seth qui l’a démembré et a pris le trône. Horus finit par vaincre Seth et rétablir MAAT, l’équilibre et l’ordre social de l’univers. Isis est également connue pour avoir guéri les malades, comme modèle pour les femmes, et pour ses rites funéraires pour les morts. Les valeurs de la santé, de l’ordre social et de l’au-delà étaient considérées comme des éléments importants de la vie et honorées comme telles.

The Royal Stars or Persian Watchers

Comme les cultures anciennes, nous divisons le ciel en quatre parties et mesurons le temps à l’aide de points de référence pour marquer les saisons : le printemps avec l’entrée du soleil en Bélier; avec le solstice d’été quand le soleil entre en Cancer; l’automne avec l’entrée du soleil en Balance; et avec le solstice d’hiver quand le soleil entre en Capricorne. Il y a environ 5000 ans, en Mésopotamie, maintenant Irak, les prêtres chaldéens attribuaient des significations symboliques aux étoiles. Parmi les 25 étoiles les plus brillantes, ils appelaient les quatre plus brillantes dans leurs sections respectives du ciel des étoiles royales. Ils les appelaient également les veilleurs perses, car ils considéraient que les étoiles veillaient sur eux au sens propre et au sens figuré.

Étoiles politiques et conditions de réussite

Les veilleurs perses garantissaient le succès d’un dirigeant s’il respectait certaines conditions. L’étoile Fomalhaut en Poissons garantissait le succès tant que le dirigeant conservait des idées nobles. La corruption signifiait la chute. Antarès dans la constellation du Scorpion garantissait le succès aux dirigeants qui maintenaient l’équilibre et l’ordre social. Devenir obsédé, c’est perdre le pouvoir. Aldebaron dans les Gémeaux garantissait le succès aux dirigeants qui maintenaient l’intégrité. Regulus dans le Lion offrait le succès à condition que le leader évite la vengeance. Un acte de vengeance, que ce soit contre des individus ou des institutions gouvernementales, était synonyme de défaite. Les étoiles royales étaient également censées régir la politique. Si les étoiles étaient alignées favorablement, de bonnes conditions suivaient. Lorsqu’elles étaient alignées négativement, les conditions s’empiraient. Regulus était la plus influente des étoiles royales et les événements qui se produisaient alors qu’elle était dominante laissaient présager une transition du pouvoir. Dans la plupart des cultures anciennes, le Lion représentait le leader et les astrologues l’utilisent encore aujourd’hui pour représenter le leader d’un pays.

Donald Trump

Que penserait-on de cette ancienne tradition dans notre contexte moderne ? Donald Trump a Regulus sur son Ascendant à 29° Lion, le même degré où l’éclipse solaire du 14 décembre 2020 est tombée pendant son premier mandat, suggérant un changement de pouvoir. M. Trump est né le jour d’une éclipse lunaire dans le même axe Gémeaux-Sagittaire que l’éclipse. Cet axe tombe dans sa 10e Maison/Carrière et sa 4e Maison/Résidence familiale, suggérant la fin de sa carrière et son départ de la Maison Blanche. Curieusement, les textes d’astrologie de l’ancienne Mésopotamie, il y a 5000 ans, sont toujours d’actualité. Quand la lune éclipse le soleil, elle éclipse le roi.

Les conseils des observateurs perses seraient-ils validés dans d’autres situations internationales actuelles ? Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong-un, maintiendra-t-il l’équilibre ou finira-t-il par lancer un missile nucléaire qui frappera les États-Unis ou un allié ? Le président Biden respecte-t-il les idées nobles ? Le président chinois, Xi Jinping, s’est-il comporté avec intégrité dans sa récente répression contre Hong Kong ? Le président de l’Iran, autrefois la Perse, respectera-t-il les idées nobles, maintiendra-t-il l’équilibre et l’intégrité, et évitera-t-il la vengeance ?

L’Iran en est un bon exemple. En juillet 2021, l’Iran et l’Afghanistan ont convenu de collaborer plus étroitement et d’assurer la sécurité le long de leur frontière commune. Cet accord intervient dans l’incertitude d’une nouvelle guerre civile en Afghanistan, qui fait craindre à l’Iran une nouvelle vague d’Afghans traversant la frontière. L’Iran est déjà durement éprouvé par une pauvreté croissante en raison des sanctions américaines. Selon la BBC, le renouvellement des sanctions contre l’Iran “a entraîné un fort ralentissement de l’économie iranienne, poussant la valeur de sa monnaie à des niveaux records, quadruplant son taux d’inflation annuel, faisant fuir les investisseurs étrangers et déclenchant des protestations.”  L’accord de Téhéran intervient au moment où le gouvernement afghan et les talibans conviennent de se réunir à nouveau sur la manière d’établir un État islamique pacifique. Les talibans continuent de faire de nouveaux progrès en Afghanistan dans le contexte du retrait des troupes américaines, qui devrait être achevé à la fin du mois d’août 2021. Le président iranien, Ebrahim Raisi, refuse quant à lui de rencontrer le président Biden pour négocier sur les projets de missiles balistiques de Téhéran ou pour mettre fin à son soutien aux milices régionales.

President of Iran, Ebrahim Raisi

Raisi est un protégé du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Il a recueilli près de 62 % des 28,9 millions de voix lors des récentes élections iraniennes. La participation aux élections a été la plus faible de l’histoire de la République islamique. Des millions d’Iraniens ont refusé de voter après un comité dirigé par Khamenei a disqualifié les principaux candidats réformateurs et les alliés du président Hassan Rouhani, plus modéré. Le taux de participation dans la province de Téhéran a été de 34 %, soit environ la moitié de celui des années précédentes. L’élection de Raisi a également placé des partisans de la ligne dure à des postes gouvernementaux de premier plan, alors que les pourparlers, aujourd’hui au point mort, se sont poursuivis à Vienne pour tenter de sauver l’accord nucléaire de 2015 entre Téhéran et plusieurs autres nations (Chine, France, Allemagne, Russie, Royaume-Uni, Union européenne et États-Unis). En 2018, l’ancien président américain, Donald Trump, s’est retiré unilatéralement de l’accord.

Range 2000 kilometres

Depuis lors, l’Iran a augmenté son enrichissement d’uranium à 60 %, contre 3,67 % initialement accepté. L’uranium de qualité militaire nécessite un enrichissement de 90 %. Depuis la révolution islamique de 1979, Téhéran a investi dans des missiles plutôt que dans des bombardiers à longue portée pour se protéger de ses rivaux arabes, l’Arabie saoudite et le Liban, mais aussi d’Israël.

L’intolérance de l’état et la persécution des Chrétiens

En mai 2019, le ministre britannique des Affaires étrangères a déclaré que la persécution des chrétiens au Moyen-Orient était sur le point de répondre à la définition de génocide des Nations unies. Jeremy Hunt a publié un rapport affirmant que des millions de chrétiens au Moyen-Orient avaient été déracinés de leurs foyers, et que nombre d’entre eux avaient été tués, kidnappés ou emprisonnés. M. Hunt a déclaré que l’arrestation, la détention et l’emprisonnement des chrétiens étaient courants en Iran, en Égypte et en Arabie saoudite. Pour citer le rapport, “dans des pays comme l’Iran, l’Algérie et le Qatar, l’État est le principal acteur, alors qu’en Syrie, au Yémen, en Arabie saoudite, en Libye et en Égypte, des acteurs étatiques et non étatiques, notamment des groupes extrémistes religieux, sont impliqués.” Les chrétiens de Turquie sont “souvent stéréotypés, non pas comme de vrais Turcs mais comme des collaborateurs occidentaux” et “en Arabie saoudite, les manuels scolaires enseignent aux élèves la haine religieuse et l’intolérance envers les non-musulmans”.

Ancien conflit

Qasem Soleimani

En janvier 2020, le président de l’époque, Donald Trump, a ordonné une attaque près de l’aéroport de Bagdad, entraînant la mort de Qasam Soleimani, un général iranien de haut rang qui a dirigé la Force Quds, l’élite iranienne, dans des opérations militaires à travers l’Irak et le Moyen-Orient. Il serait responsable du renforcement de groupes militaires pro-iraniens tels que le Hezbollah au Liban, et de l’expansion des opérations militaires iraniennes contre les groupes rebelles en Syrie. Soleimani est considéré comme la deuxième personnalité la plus puissante d’Iran, derrière l’ayatollah Khamenei, responsable de l’ascension du président Raisi. La Catholic News Agency cite Peter Burns, directeur des relations gouvernementales et de la politique pour In Defence of Christians, qui a déclaré que “le général Soleimani et sa Force Quds ont fait des ravages sur les chrétiens et d’autres personnes en Irak, en Iran, au Liban et en Syrie pendant des décennies”.

Les fondamentalistes islamiques veulent construire une République islamique régie par la charia après la défaite d’ISIS, l’État islamique d’Irak et du Levant. Une coalition de forces occidentales a vaincu Abou Bakr al-Baghdadi et d’autres dirigeants en octobre 2019, marquant la fin du califat islamique qui chevauchait la frontière entre la Syrie et l’Irak. Les radicaux islamiques se sont depuis répandus dans une grande partie de l’Afrique. Le pendant occidental de l’islam fondamentaliste est le chrétien fondamentaliste, par exemple le mouvement chrétien évangélique aux États-Unis qui soutient Donald Trump. Les stratèges évangéliques affirment que l’ancien président a tenu la promesse qu’il leur avait faite d’ouvrir une ambassade américaine à Jérusalem et de signer des accords avec les nations arabes. Le mouvement évangélique soutient le resserrement des liens avec Israël pour hâter la bataille d’Harmaguédon, où Jésus apparaît comme le Messie et emmène les vrais croyants au ciel dans ce qu’ils appellent l’Enlèvement. Selon le Nouveau Testament, Harmaguédon est le lieu où les armées du monde entier feront la guerre aux forces de Dieu à la fin de l’histoire. On pense qu’Harmaguédon est Megiddo, en Israël. Alors que les fondamentalistes chrétiens utilisent le terme Armageddon pour désigner la lutte ultime entre le bien et le mal, les militants pacifistes l’utilisent pour évoquer une éventuelle guerre nucléaire.

Iran veut éliminer Israël pour ouvrir la voie au retour d’un religieux du IXe siècle, connu sous le nom de Mahdi, ce qui signifie “le bien guidé”, qui, selon les croyances sunnites et chiites, apparaîtra à la fin des temps pour débarrasser le monde du mal et de l’injustice. Le Hadith, qui contient les enseignements de Mahomet, affirme que le Mahdi apparaîtra aux côtés de Jésus et établira le royaume divin de Dieu. D’innombrables batailles ont opposé chrétiens, juifs et musulmans au cours des siècles, des croisades à la prise de l’Espagne par les Maures, en passant par les guerres au Moyen-Orient et les attentats terroristes en Europe. Elles sont toutes sous-tendues par la lutte entre le bien et le mal, chaque partie se considérant comme bonne et l’autre comme mauvaise.

L’Islamophobie

L’islamophobie s’est renforcée après l’attaque du World Trade Center de New York en septembre 2011, et a continué à croître après plusieurs attaques terroristes en France, notamment au théâtre Bataclan à Paris en 2015 où 130 personnes ont été tuées, suivies deux ans plus tard par une attaque au London Bridge. Chaque attentat a entraîné une augmentation des attaques contre les musulmans en Occident. Il s’agit notamment de l’attaque à la bombe incendiaire de plusieurs mosquées à travers l’Espagne en août 2017 ; contre une mosquée de la ville de Québec en janvier 2017 et plus récemment à Londres, Ontario au Canada en juin 2021 quand un conducteur a écrasé une famille musulmane tuant quatre personnes et en blessant une autre dans ce que la police appelle une attaque préméditée. La pire attaque a entraîné la mort de 49 musulmans à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, en mars 2019. Ce qui se passe au Moyen-Orient aujourd’hui, et aussi dans le monde occidental, est essentiellement parallèle à la politique, aux conflits, à la mort et aux croyances sur la vie après la mort de l’Égypte ancienne.

Historiquement connue sous le nom de Mésopotamie, la région située entre le Tigre et l’Euphrate, dans le sud de l’Irak, est considérée comme le berceau de la civilisation. C’est là que l’humanité a commencé à lire, à écrire, à faire des lois et à vivre dans des villes sous un gouvernement organisé connu sous le nom d’Uruk, d’où vient le mot “Irak”. Les écrits sumériens contiennent les premières traces de mathématiques, d’astronomie, d’astrologie, de droit écrit et de médecine. Même la pratique moderne consistant à vérifier son horoscope provient des anciens Sumériens. Dans le monde moderne d’aujourd’hui, les gens ont tendance à se concentrer sur la science, qui se moque généralement de l’astrologie ou la rejette. Cependant, les valeurs anciennes qui ont guidé les astrologues, telles que le maintien de l’équilibre dans la société, le respect et l’aide aux personnes, le maintien de l’intégrité, le fait de ne pas être corrompu ou obsessionnel, sont tout aussi importantes aujourd’hui qu’elles l’étaient il y a des milliers d’années. Qu’il s’agisse de l’intolérance et de la violence à l’égard des musulmans dans les pays de l’ouest ou des chrétiens dans les pays de l’est, dans le mélange moderne du nouveau et de l’ancien, il est temps  de se souvenir des valeurs des veilleurs perses.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published.