L’ONUCI forme une trentaine de journalistes à l’investigation pour la paix et le développement

Filed in Press Coverage by on 23rd January 2009

Grand Bassam, le 23 Janvier 2009 – Un séminaire de formation sur le journalisme d’investigation organisé par l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) à Grand Bassam (15 Km au sud d’Abidjan) s’est achevé vendredi. La trentaine de journalistes qui ont participé à la session, ont salué sa pertinence.

grand_bassam« Cette formation est beaucoup mieux qu’un simple rappel des notions de base », a déclaré le journaliste Armand Depeyla, porte-parole des participants. M. Depeyla a indiqué que le séminaire était d’autant plus opportun qu’il se tenait à un moment où la Côte d’Ivoire est confrontée à une crise politique au cours de laquelle les medias ont été mis à l’index.

La formation, dont le thème était « journalisme d’investigation au service de la paix et du développement », visait à outiller les journalistes de la presse ivoirienne pour soutenir le processus de paix et contribuer au développement du pays.

« Nous allons traduire en acte concret ce que nous avons appris », a promis M. Depeyla qui a aussi souligné l’importance de la formation dans la vie professionnelle. « Il est souvent bon de se ressourcer, notamment dans le métier de journaliste », a-t-il dit.

Le directeur de la radiodiffusion des Nations Unies en Côte d’Ivoire, ONUCI FM, M. Sylvain Sémilinko a salué la qualité des travaux de l’atelier, insistant sur le rôle des medias dans la période de sortie de crise. « Les medias ont un rôle de facilitateur pour la compréhension des événements de la société. En temps de crise, ce rôle devient sensible », a expliqué M. Sémilinko. « Il nous appartient, en tant que journalistes, de concourir à apporter des lumières pour rapprocher les divergences et concilier les positions », a-t-il ajouté. Le séminaire assuré par M. Derek Quinn, expert consultant en media fait partie d’une série de formations organisées par l’ONUCI pour renforcer les capacités des journalistes, contribuer au développement des medias et promouvoir la paix en Côte d’Ivoire. Elle comprenait dix sessions qui alternaient des notions théoriques aux exercices pratiques avec une évaluation quotidienne. Les participants venaient des principaux quotidiens du pays et de l’agence de presse nationale.

Comments are closed.

%d bloggers like this: